Comment lire les étiquettes alimentaires ?


Nous parlions de reprendre de bonnes habitudes alimentaires, et si on regardait ensemble comment décrypter les étiquettes alimentaires ?


Dans notre société actuelle de consommation voire surconsommation, il est difficile de savoir ce que l’on mange réellement et comment bien acheter pour consommer sain.

Faut-il faire confiance aux marques, aux sous-marques, paie-t-on l’enseigne, le produit, le packaging ??


Toutes ces questions trouveront leur réponse dans LA LECTURE DES ETIQUETTES ALIMENTAIRES.


1. L’étiquetage nutritionnel


Il permet de connaître les apports en énergie et en nutriments. Ils sont exprimés pour 100 g ou ml et ont pour valeur les kilocalories (kcal) ou kilojoules (kj).

En moyenne, une personne modérément sportive doit consommer entre 1500 et 2000 kcal / jour.

Certains produits affichent également la teneur en vitamines et minéraux. En revanche, le détail des nutriments figure rarement notamment pour les lipides car on ne connait pas la teneur en oméga 3/6/9 et celles des graisses trans partiellement ou totalement hydrogénées.


2. La liste des ingrédients


Les ingrédients d’un produit sont classés par ordre décroissant (plus il en contient, plus il est haut dans la liste).

D’une manière générale, il faut privilégier les produits qui contiennent 5 à 7 ingrédients maximum.

Ceux du début de la liste doivent être ceux qui semble évident à l’achat du produit comme si on faisait la recette à la maison (ex. biscuit au chocolat = farine complète, cacao maigre…)

Les ingrédients de fin de liste sont les additifs. Il doit y en avoir le moins possible et il faut éviter ceux aux noms imprononçables.

Les ingrédients doivent être listés précisément (la notion huiles végétales est trop générale, on préférera huile de colza ou olives, la viande 100% muscles est à privilégier à la préparation bouchère)


3. Les conseils naturopathiques


- Un produit trop « bon marché » est souvent à base d’eau, de sucre et d’additifs et sa valeur nutritionnelle sera donc très faible.


- Les appellations « light » sont à bannir car ils ne sont pas hypocaloriques mais juste que le sucre est remplacé par des édulcorants chimiques et qu’ils sont allégés en matière grasse. Mais le cerveau n’est pas dupe, il va donc en demander plus pour être satisfait.


- Les produits trop riches en sodium (sel) sont également à éviter. La bonne dose de sodium est de 2.3 g/jour.

Privilégier les produits contenants au moins 2g de fibres /100 g et ceux contenant moins de 5 g de sucre par portion


- Eviter les produits contenants Exxx car ils n’apportent aucune valeur nutritionnelle au produit et peuvent également être cancérigènes, allergisants, perturbateurs endocriniens ou toxiques pour l’estomac.



Horaires d'ouverture 

Mardi au samedi 9h-19h

25 rue Gambetta -Saint Étienne

wheat-865152_1920.jpg

SUIVEZ-MOI !

Programme fidélité

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien rater !