Dossier spéciale : la naturopathie pour accompagner le cancer

"Le cancer est un ensemble de cellules indifférenciées qui, échappant au contrôle de l’organisme, se multiplient indéfiniment, envahissent les tissus voisins en les détruisant et se répandent dans l’organisme en métastases. »



Les principales causes du cancer sont :

- Environnementales : exposition professionnelle, pollution, contaminations alimentaires, médicaments, rayonnements ;

- Mode de vie : consommation de tabac, d’alcool, alimentation ;

- Matériel génétique : prédisposition génétique (exemple : dans le cancer du sein, la mutation du gène BRCA1 et/ou BRCA 2).


Différents traitements peuvent être proposés en fonction de l’état général du patient, de son âge et du stade tumoral (classification TNM) :

- Chirurgie : exérèse partielle ou totale de la tumeur

- Chimiothérapie : seule ou en complément d’autres traitements (chimiothérapie adjuvante). Elles ont lieu sous forme de cures toutes les 3 à 4 semaines pendant 4 à 6 mois

- Radiothérapie : des rayonnements radioactifs sont dirigés vers la tumeur, depuis une source externe, afin de la détruire. En général, une séance par jour sur 4 à 5 jours, pendant 5 à 7 semaines

- Curiethérapie : technique d’exposition interne qui consiste à implanter des éléments radioactifs au sein même de la tumeur

- Hormonothérapie : certains cancers étant dépendant de la présence d’hormones pour se développer, l’hormonothérapie consiste à administrer des « antihormones » afin de bloquer la production hormonale naturelle du patient (par exemple dans le cancer du sein)

- Immunothérapie : certains cancers sont des proliférations de cellules du système immunitaire ou du système sanguin. L’immunothérapie permet de cibler la prolifération de ce type de cellules


La place de la naturopathie dans la pathologie cancéreuse


Le rôle du naturopathe sera d’accompagner la personne face aux symptômes de sa pathologie, aux effets indésirables des traitements.


La chimiothérapie peut avoir des effets indésirables atteignant tous les systèmes du corps humains :

- Troubles digestifs : nausées, vomissements, diarrhées, constipation,

- Fatigue,

- Troubles hématologiques atteignant toutes les lignées sanguines : anémie, chute des leucocytes, des plaquettes,

- Troubles du système nerveux : fourmillements,

- Troubles rénaux,

- Troubles cardiovasculaires : palpitation, hypertension


La radiothérapie peut présenter des effets indésirables :

- Cutanés : érythème, brûlures (brûlures post-radiques)

- Perte de salive

- Douleurs,

- Fatigue, céphalées,

- Œdèmes


Quelques exemples d’accompagnements naturopathiques


Soutien des émonctoires :

- Il conviendra de soutenir l’action du foie. La plante par excellence est le Desmodium. Détoxifiant général de l’organisme, il augmente également la résistance du foie aux traitements mis en place.

- D’autres plantes peuvent être utiles comme le chardon-Marie, le genévrier (tonifiant sanguin, tonifie les reins, il sera utilisé en gemmothérapie avant ou après le cycle de cures de chimiothérapie)


Conseils alimentaires :

- Il conviendra de conseiller une alimentation frugale, équilibrée, de qualité biologique idéalement, basée sur des aliments complets en évitant les plats industriels et raffinés,

- Éviter les mauvaises associations alimentaires,

- Consommer des légumes crus ou cuits à la vapeur douce et des fruits frais, des jus de légumes ou de fruits,

- Privilégier des huiles de première pression à froid riches en oméga 3, comme le colza, le lin,

- Consommer des graines germées, des germes de blé, qui contiennent des vitamines du groupe B, des minéraux et oligo-éléments, des graines, par exemple de courges, des épices, comme le curcuma,

- Boire une eau faiblement minéralisée favorisant une meilleure élimination des toxines de l’organisme,

- Favoriser des aliments riches en oméga 3, par exemple les petits poissons gras tels que maquereaux, sardines...


Stimuler le système immunitaire :

- 80% de notre système immunitaire se trouve dans les villosités de l’intestin. Il sera important de travailler sur la flore intestinale à l’aide de la glutamine, qui répare la muqueuse dans les cas d’hyperperméabilité de l’intestin, de probiotiques, minimum 10 jours après la chimiothérapie, et de favoriser une alimentation riche en prébiotiques, par exemple ail, asperges, brocolis, endives, échalotes, oignons, poireau, tomates, fenouil, mangue, pêche, pomme, poire, amandes, pistaches, noix...

- Entre les cures de chimiothérapie, on pourra utiliser les champignons shiitaké, reishi, maïtaké qui stimulent le système immunitaire (Ne pas utiliser en cas de greffe de moelle osseuse ou d’intervention chirurgicale prévue : arrêter avant, pendant et quelques jours après une cure de chimiothérapie.)

- Utilisation des alkylglycérols, que l’on trouve dans l’huile de foie de requin.


Lutter contre nausées et vomissements :

- Préférer des aliments froids ou tièdes : les saveurs seront moins prononcées que chaud

- Éviter les aliments lourds, frits, gras, trop épicés

- Fractionner les repas et manger lentement

- Ne pas boire pendant le repas mais avant ou après

- Manger légèrement avant le traitement

- Pratiquer des exercices de relaxation avant et pendant la chimio (certains vomissements peuvent être en relation avec un état de stress).

- Essayer de se divertir pendant la séance

- On peut utiliser de l’eau à laquelle on ajoute du jus de citron ou de la menthe fraîche.

- Tisane de mélisse

- huile essentielle de menthe poivrée : une goutte sur un support neutre avant les 3 principaux repas (contre-indiquée dans l’épilepsie, chez la femme enceinte et allaitante). Respirer l’HE de menthe poivrée peut faire passer des nausées débutantes.

- On peut masser la zone de l’estomac avec un mélange de 2 gouttes HE de gingembre + 2 gouttes HE de basilic + 2 gouttes HE de menthe poivrée dans 10 ml d’huile végétale.

- Manger ce qui fait envie !


Lutter contre la fatigue :

- La gelée royale contient des protéines, des vitamines du groupe B, de l’acétylcholine qui équilibre le système nerveux autonome, des oligoéléments, des flavonoïdes. Elle a un rôle important dans la lutte contre la fatigue, le stress, l’anxiété. Il semblerait qu’elle possède des propriétés antitumorales. A conserver au réfrigérateur. Il sera utile de faire des cures de 4 à 6 semaines, pour des doses allant de 0.5 g à 1 g par jour. Elle présente un goût assez amer, il peut être utile de la mélanger pour moitié à du miel (et obligatoirement chez les patients présentant une fragilité gastrique)


Attention : La gelée royale est formellement interdite en cas de cancer hormonodépendant. Elle sera contre-indiquée chez les personnes allergiques aux astéracées, au miel, aux hyménoptères, en cas d’asthme, d’eczéma allergique.


- Le pollen contient de nombreux acides aminés, des vitamines du groupe B, des minéraux, des oligo-éléments. 1 à 10 cuillères à café par jour. Il sera contre-indiqué en cas d’allergie aux produits de la ruche. Idéalement pollen de ciste. À titre d’exemple, le pollen de ciste est excellent pour le côlon, le pollen de seigle pour la prostate

- Le cassis (ribes nigrum) en gemmothérapie : c’est un bourgeon qui mime l’action de la cortisone. Son action sur les glandes surrénales stimule l’organisme.

- Se réharmoniser au contact de la nature, avoir une activité physique douce, pratiquer la relaxation


Lutter contre la douleur :

Tout d’abord, se rappeler que la douleur est une perception personnelle et que le patient est le seul juge de son niveau de douleurs.

- Pour les douleurs articulaires, notamment en cas d’hormonothérapie, le cassis trouvera aussi son utilité puisqu’il mime l’action de la cortisone.

- Les huiles essentielles auront leur utilité localement : 8 gouttes d’huile essentielle de gaulthérie couchée (contre-indiquée en cas d’allergie à l’aspirine), 8 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus citronné diluées dans 2 cuillères à soupe d’huile végétale (millepertuis, macérât d’arnica) en application locale.

- Sophrologie : exercices respiratoires, sophro-déplacement de la douleur.


Lutter contre les effets de la radiothérapie :

- Éviter l’application de produits alcoolisés ou de crèmes grasses avant la séance.

- Éviter de porter des vêtements serrés, les préférer doux et en coton

- Toilette douce avec un savon surgras

- Pas d’exposition au soleil pendant l’année suivant la radiothérapie

- En phytothérapie, on utilisera le curcuma pour ses propriétés antiinflammatoires : 60 à 200 mg de curcuminoides par jour.

- Le ginkgo biloba a une action anti-fibrose et un pouvoir cicatrisant (attention il faut tenir compte de son action sur le système circulatoire).

- L’huile de foie de requin a des propriétés de protection des tissus. Si possible, 3 gélules de 500 mg par jour un mois avant l’irradiation, 6 gélules pendant et 3 gélules par jour pendant le mois qui suit

- En cas de brûlures radiques : cataplasme d’argile au retour de la séance avec une goutte HE de lavande aspic et une goutte HE de menthe poivrée.


Lutter contre l’anxiété, la déprime et l’insomnie :

- Fleurs de Bach

- Conseiller de bien se reposer, se préserver, faire des siestes

- Avoir une activité physique douce. À noter que certains centres de cancérologie proposent des séances gratuites

- Travailler l’estime de soi : socio-esthétique, lingerie adaptée en cas de chirurgie mutilante

- S’orienter vers un psychothérapeute en cas de détresse sévère

- Huiles essentielles : orange, bergamote, petit grain, marjolaine à coquilles, lavande en diffusion

- Huile essentielle d’orange douce en olfactothérapie, en massage sur le plexus solaire et sur la plante des pieds

- Réflexologie plantaire : stimulation du plexus solaire, de la zone du sommeil

- Sophrologie : exercices de respiration, sophro-protection liminale du sommeil

- Phytothérapie : lavande, passiflore

- Gemmothérapie : bourgeons de tilleul

- Trouver des personnes à qui parler. À noter que certains centres de cancérologie proposent des groupes de paroles


Lutter contre l’alopécie (Chute temporaire des cheveux ou des poils, partielle ou totale.) :

L’alopécie commence en général 8 à 10 jours après le début de la chimiothérapie, elle peut être définitive dans certaines radiothérapies localisées au niveau de la tête. La repousse commence en général 6 à 8 semaines après l’arrêt des traitements.

On conseille de ne pas se brosser les cheveux avant la séance de chimiothérapie.

- Pendant les 8 jours qui suivent, on utilisera une faible dose de shampooing, on rince à l’eau tiède et on les laisse sécher à l’air libre.

- On évite toute teinture, brushing ou mise en pli entre les cures.

- Des casques réfrigérants sont proposés dans les centres de chimiothérapie pour limiter la chute. Ils peuvent cependant occasionner de fortes céphalées.

- Lorsqu’on sait que les cheveux vont tomber, on conseille de porter une coupe courte pour limiter le traumatisme.

- Il est important de choisir sa perruque avant la chute afin de l’avoir la plus adaptée à sa coupe habituelle, les coiffeurs peuvent retoucher les perruques pour les adapter. Des prises en charge financières sont allouées par la CPAM, les mutuelles. Pour les faibles revenus, des associations telles que solid’hair proposent également des aides.

- Pour stimuler la repousse, on peut proposer de réaliser le masque suivant : Huile de ricin 1 cuillère à soupe + huile d’amande douce 1 cuillère à soupe + 2 gouttes HE de menthe poivrée (active la microcirculation au niveau du cuir chevelu) + 2 gouttes HE de Bay St Thomas.

- Si les cils sont également tombés, on pourra utiliser l’huile de ricin, seule et l’appliquer avec une brosse de mascara préalablement lavée.

- Favoriser une alimentation riche en oméga 3, en vitamines du groupe B, légumes verts, les noix riches en sélénium, les huîtres.

- Cure de levure de bière cellulaire liquide PANAKTIV, à raison de 21 jours par mois pendant 3 mois minimum


Conseils divers


- Ne pas hésiter à confier la personne à d’autres praticiens : acupuncture, homéopathie, yoga, art-thérapie, réflexologie, qi gong...

- Sont formellement interdites les supplémentations en vitamine E, C et beta carotène sans la supervision d’un médecin.

- La naturopathie est un complément et ne peut pas prétendre guérir le cancer.


Entraide

- Rose est un magazine distribué gratuitement dans les centres spécialisés ou sur le web. Il donne de conseil aux femmes en termes d’image de soi, de soutien psychologique.

- APIMA : apprivoiser son image dans la maladie

- www-cancer.fr

- www.artac.info : association d’aide aux malades

- soins de support dans les centres de cancérologie

- associations locales



240 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout